Fleur d’ail

Pesto de fleurs d'ail

L‘ail est sans contester l’un des aliments/remèdes le plus populaire ici. Je me dis souvent que s’il n’y avait qu’un choix de médicaments à apporter avec soi, il faut choisir l’ail. Mais quelques lignes dans un article de cuisine ne saurait lui rendre gloire. Je vous entretiendrai plus tard sur les mille et unes vertus de l’ail. D’ici là vous pouvez toujours communiquer avec nous pour en savoir plus sur les bienfaits thérapeutiques des concentrés liquides d’ail. Car aujourd’hui c’est à votre palais que je m’adresse. Comme il faut mieux couper la fleur d’ail pour que le plant mette tout son énergie vers le bulbe que l’on veut cueillir plus tard, on triche un peu la nature mais c’est très bien ainsi. De cette façon, on a le loisir de l’apprêter différemment. Ca nous fait profiter de l’ail avant la récolte du bulbe.

Ici on en fait un pesto. Selon les quantités disponibles, j’aime bien en faire un premier mélange simplement avec de l’huile que je garde au frigo ou au congel. Par la suite, tout le long de l’année je pourrai utiliser ce mélange de base pour en faire un pesto plus raffiné au besoin. Cette année, un vent de fantaisie s’est emparé de moi et j’ai fait le mélange avec des fleurs de ciboulette. Les petits bonheurs sont si simples !!!!

Cette recette vous est présenté par une herboriste passionnée de bonne bouffe. N’hésitez pas à vous familiariser avec nos produits, services et atelier via notre site ou notre chaîne Youtube.

Recette de base

Bien nettoyer les fleurs d’ail et les ciseler avant de mettre au broyeur. Comme elles sont coriaces, il est possible de les faire blanchir avant. Par contre, il faudra s’assurer d’en retirer le maximum d’eau par la suite car elles seront conservées dans de l’huile. Huile et l’eau ont pas l’habitude de faire bon ménage; il serait dommage de gaspiller un si beau produit. Une fois réduit en purée, on y ajoute un filet d’huile. Une quantité suffisante pour en imbiber la purée de fleurs d’ail. Un fois dans un contenant en verre (style Masson) on y pressera le mélange et l’on ajoutera de l’huile pour l’en couvrir. Le mélange peut rester tel quel et être conservé au frigo ou au congel pour l’année. Les utilisations sont multiples, on l’utilise tel assaisonnement. Sur les pommes de terre, les légumes ou les poisons en papillotes, dans les vinaigrettes et les marinades. Le goût est subtil et dangereusement bon. (pour environ une dizaine de têtes d’ail, j’ai mis une dizaine de fleur de ciboulette)

On peut faire ce genre de mélange avec à peu près toutes les fines herbes du jardin. Donc en cas de perte de contrôle, dans les périodes d’abondance, c’est l’une de bonne façon de conserver ce qui pousse dans notre jardin à l’année.

Par la suite, on peut peaufiner notre recette selon les besoins du moment.

À notre recette de base (125ml)on ajoute :

6 c à soupe de pignons

3 c à soupe de parmesan

poivre en grain

huile au besoin

C’est le genre de petits pots que l’on souhaite toujours avoir sous la main car quelques cuillères changent notre mets ordinaire en un repas tout à fait savoureux.

À chaque année, nous fabriquons un excellent concentré liquide à l’ail pour nos clients. Communiquez avec nous pour plus de détails.

La conservation des aliments du jardin vous intéresse ? L’atelier  »Du jardin à l’assiette » est pour vous.

Vous avez aimé cet article ? Vous en faite une variante des plus appétissantes ? Laissez nous le savoir. Il ne fera plaisir de vous lire.