On récolte quoi quand ?

Cueillir les plantes médicinales

Une question que je me fais régulièrement poser. On récolte quoi quand ? J’imagine qu’il y a autant de méthodes que d’herboristes. Je vais vous donner mes petits trucs. Tsé ceux qui fonctionnent ! Je sais; je suis généreuse de mon savoir. Mais je suis aussi un peu paresseuse. Si j’en fait un article sur le sujet, il sera beaucoup plus rapide de répondre à chacun de vous en vous redirigeant sur mon site où toute l’information se retrouve à un seul endroit. Faut juste prendre le temps de l’écrire.

Donc :

On récolte quoi ?

Ça dépends. C’est dans cette question que réside le savoir des herboristes. C’est notre expertise. Savoir quelle partie de quelle plante on utilise ! Vous comprendrez que je ne peux vous énumérez les parties de toutes les plantes à utiliser.

Ce qui est important de savoir:

  • Une partie d’une plante peut être curative et une autre partie de cette même plante peut être toxique. Assurez-vous de visiter des sites fiables afin de savoir quelle partie de quelle plante il faut utiliser. J’inscris généralement cet information dans les articles détaillés sur une plante spécifique.
  • Il faut être 100 % certain de bien avoir identifié la plante en question. Il y a des guides d’identification, des ouvrages, livres, conférences, ateliers disponibles partout. Informez-vous !
  • Il y a différente parties d’une plante qui peuvent être utilisé. Généralement, on récolte la racine, la feuille ou la fleur. Dans certain cas, on récolte la sommités fleuries, la sève, les bourgeons, le pollen ou la graine.
  • Il faut respecter le cycle de vie de la plante. C’est une des règles de base afin d’obtenir de bons résultats. Autant pour la conserver que pour ses propriétés médicinales.

Le cycle de vie

La plante vie selon les saisons. Tôt au printemps (mars-avril) tout est concentré dans la racine. C’est à partir de cet endroit, dans la terre, que se développera la plante. S’y trouve principes actifs, minéraux et tous les composés nécessaire au bon développement de celle-ci. C’est le bon moment pour récolter les racines de certains spécimens. Lorsqu’arrive le temps propice au développement, l’énergie de dirige vers la tige puis à la formation des feuilles (avril-mai-juin). On va faire la récolte des feuilles avant l’apparition des fleurs. Il suffit d’observer afin de réaliser que les feuilles sont toujours à leur meilleur forme avant la formation des fleurs. Pourquoi ? Car en juin-juillet-août l’énergie se déplace vers la formation de la fleur. L’idée est de se reproduire. Donc de faire des graines afin d’avoir accompli son cycle de vie. On récoltera donc la feuille avant. Mais attention de ne pas dénuder votre plant de toutes ces feuilles ! Car elles sont essentielles à la photosynthèse. Selon le cas, on récoltera le bourgeon à ses tous débuts ou la fleur à son plein épanouissement. Une fois les graines produites, il faut savoir attendre le bon moment pour les récoltées. On laisse généralement les graines séchées sur le plant. C’est un bon indicateur pour nous dire quand elles sont prêtes. Une fois la granification accomplie, la job est faite ! Il reste ensuite le temps d’emmagasiner de l’énergie, nutriments et éléments nécessaire aux racines afin de passer l’hiver avant de recommencer le cycle de la vie. Septembre et surtout octobre, il est temps de piocher le sol afin d’aller chercher les racines qu’on a pas eu le temps de récolter au printemps.

À ça s’ajoute les exceptions. Un simple exemple; le tussilage. Cette plante produit les fleurs avant les feuilles. De plus sa floraison est de très courte durée. On apprend.

Le cycle de vie suit les saisons mais se reflète aussi dans une journée. Tout comme les humains. L’énergie de la plante suit le cours de la journée. Elle monte tranquillement vers la fleur pour ensuite retourner à la racine. On s’active tranquillement au réveil, on accomplit notre journée pour ensuite tranquillement se préparer au sommeil afin de recommencer la journée suivante.

Matinée : On cueille généralement après la rosée du matin, à moins que l’on veuille spécifiquement cette fameuse rosée… De façon générale, c’est en matinée que l’on récolte les feuilles des plantes médicinales. Oui, oui, il y a des exceptions mais allons y avec le gros bon sens. Assez rare que l’on va voir de belles fleurs épanouies au petit matin.

Au zénith du soleil: J’ai pas tendance à être aux jardins sous le gros soleil de midi. À l’exception du moment de la récolte des fleurs.

Fin de journée : Vous l’aurez deviné, c’est le moment de faire la récolte des racines.

Je ne m’y connais pas vraiment mais il y  a aussi un facteur d’énergie outre le soleil, celui de la lune. Certaines plantes se cueillent le jour d’autres la nuit pour une qualité énergétique différente. Perso, la nuit j’essaie de dormir, puis quand je me réveille, je fait tout en mon possible pour me rendormir aussi rapidement que ce peut. J’ai pas trop en tête de faire de la récolte au jardin mais sachez que ça se pratique par certains.

Il y a une méthode qui s’ajoute au moment de récolte soit le calendrier lunaire. Avec un brin plus qu’un minimum d’organisation et de planification, on arrive à bien suivre le calendrier. Le principe est simple, suivre les phases de la lune. Il y a donc des journées racine, fleur, graine et feuille. Je vous laisse le soin de faire votre petite recherche de ce côté. Ici, on a pratiqué le calendrier lunaire au jardin pendant un temps puis j’ai délaissé quelque peu. Je ne suis définitivement pas assez assidue et structuré aux tâches du jardin afin de suivre un tel calendrier. Si un jour j’ai un jardinier pour s’occuper de cette partie de mon entreprise, j’aimerais bien que la planification du travail prenne en compte les phases lunaires. Un jour….

Quoi qu’il en soit.

Vous avez passé droit ? La fleur est un peu moche, les feuilles sont pleines de trous, vous voulez les racines et on est en plein mois de juillet ? OUBLIEZ ça. Dites-vous bien qu’avec une fleur moche ou flétrie, on aura des résultats tout aussi moches et flétris par la suite. Que ce soit dans vos huiles, concentrés ou autres. Inscrivez plutôt, tout de suite,  une note à votre agenda de culture pour l’an prochain. Et pourquoi pas un alarme à votre cellulaire, vous ne risquez pas de passer droit de cette façon.

Voilà; je crois avoir fait le tour de ce que je voulais couvrir sur le sujet dans cet article. Il y a matière à écrire de nombreux autres articles sur le sujet, voir un livre complet. Mon but de me faciliter la vie est accomplie; je vais pouvoir maintenant rediriger vos demandes d’information vers cet article…. Ah, ce que la paresseuse peut accomplir parfois !